> Accueil   > Regard sur Passy   > Logo et armoiries

Passy, l'air et le temps

Logo et armoiries

Le logo de Passy : un élément fédérateur pour tous les habitants de la commune

En 2004, David Tauleigne, architecte de métier, a Logo Commune Passycréé , le logo de la ville de Passy.

Un logo, c’est une volonté de marquer la présence et l’image de Passy intra et extra muros. A travers cette image, Passy entend affirmer son dynamisme et son attractivité tout en restant attaché à ses valeurs fondamentales. La spontanéité, le dynamisme, la créativité sont représentés par la simplicité dans le crayonné du croquis. Les couleurs vives ainsi que les courbes qui donnent du mouvement à l’ensemble, illustrent le fait que Passy est tourné vers l’avenir.

La solidité, le sérieux, l’eau… transparaissent à travers le bleu, couleur institutionnelle par excellence, qui évoque également la confiance, la quiétude , la sérénité.

Le jaune exprime l’exposition "plein sud" de notre belle commune.

L’esprit nature, montagne, air pur… est marqué par le vert.

Enfin, la couleur rosée représente le coucher de soleil sur le mont Blanc (vue exceptionnelle sur la chaîne du Mont-blanc que nous pouvons admirer depuis Passy Plaine Joux).

Les trois niveaux géoraphiques (plaine, versants semi-urbanisés, moyenne montagne) de la commune sont bien distincts.

Afin d’enrichir ce logo, un slogan «  l’Art de la nature » met en valeur les véritables richesses de Passy, qui sont la beauté de son site, la nature, la montagne, son air pur et son côté artistique et culturel.

Les armoiries sont au passé ce que le logo de Passy est à l’avenir !

Ces armoiries resteront acquises sur certains documents administratifs (livrets de famille...).

Un peu d’histoire sur ces armoiries, relatée par M. Clément Bernard-Maugiron, ancien secrétaire général de la mairie de Passy : 

Propos relevés dans un article paru en 1981 et signé « Un Niçois de Passy » : "André Odinet de Montfort, était gouverneur de la citadelle de Nice en 1543. François 1er, allié à Soliman II, empereur des Turcs, assiégeait alors la ville. Les armées franco-turcques étaient placées sous le commandement de Cherredin dit ‘Barberousse’. Le 10 août 1543, un parlementaire français porta une sommation au gouverneur de la forteresse avec menaces en cas de résistance, de n’accorder aucun quartier. Prenant acte de ces paroles, André Odinet de MArmoiries de Passyontfort,  homme d’armes, fit cette réponse : « Je me nomme Montfort, mes armes sont des pals et ma devise est IL FAUT TENIR . Avec l’aide de Dieu et le courage des habitants, je défendrai ces remparts tant qu’il me restera un souffle de vie ». De ce fait, si la ville se rendit, le château tint bon jusqu’à l’approche d’une armée impériale conduite par Charles III, Duc de Savoie, allié à Charles Quint provoquant ainsi le départ des forces franco-turques.

Pour les amateurs d’anecdote, il a même été dit qu’une lavandière niçoise intervint à sa façon contre l’ennemi en  assommant d’un coup de battoir, le porte étendard turc et en semant le désarroi parmi les attaquants en exhibant du haut des remparts, le dessous de sa côte… C’est du moins ce que prétend la légende ! Quoi qu’il en soit, en cette mi-août 1543, le courage d’un Passerand, allié à la présence d’esprit d’une lavandière, mirent en échec le Roi de France et l’Empereur de Turquie.

M. Clément Bernard-Maugiron, avait pu obtenir à l’époque où il était en fonction à la mairie de Passy et avec l’aide de l’ancien maire de Chamonix, M. Paul Payot, des feuillets séparés d’ouvrages importants concernant la généalogie de cette famille, par le comte de Foras. Aymon de Montfort épousa Jordane, fille héritière de Pierre de Chièdes au mandement de Charousse (en vieux patois = carossa-pierre brûlée) à cause sans doute de la foudre  qui tombe à cet endroit. C’était donc bien les héritiers du château de Charousse, aujourd’hui disparu et dont les pierres auraient servi  à la construction du village de Bay (sous toutes réserves).

Adoption du blason et de sa devise

En 1951, une première tentative avait été entreprise par M. Pierre Vallet, alors conseiller municipal, pour obtenir l’autorisation d’utiliser ce blason, mais cette démarche n’avait pu aboutir.

En 1969, cette même personne,  alors devenue 1er adjoint du maire de l’époque, M. René Raffort-Déruttet, décide de relancer cette affaire qui lui tenait à coeur.

Par délibérations des 6 septembre et 2 décembre 1969, le conseil municipal de Passy procédait au choix définitif des armoiries de sa commune ; choix qui fut approuvé par la sous-préfecture, le 4 mai 1970.

Auparavant, il avait fallu obtenir des descendants de cette illustre et très honorable famille de Savoie, les autorisations écrites, afin que la commune de Passy ne soit pas poursuivie en justice pour s'être approprié ce blason. Cette démarche fut longue, car certains étaient domiciliés à Marseille, d’autres en Allemagne. Il fallut beaucoup de ténacité pour rassembler le dossier administratif… et la devise des Montfort fut de nouveau d’actualité : « Il me faut tenir ! »