Perchlorates : des actions en cours

sglcarbon.jpg

Selon la préfecture de la Haute-Savoie, des actions sont en cours afin de maîtriser les pollutions du site historique de Chedde-Passy.

Premiers résultats d’analyse concernant le site historique de Chedde

L’ancien site industriel de Chedde a été envisagé en avril 2017 comme une des origines possibles des concentrations en perchlorate observées dans la nappe du genevois, malgré son  éloignement  (60 km  de  Genève).  A  la  demande  de  la  Direction  Régionale  de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement (DREAL), des analyses ont donc été réalisées à Chedde durant les mois écoulés.

Malgré des concentrations très élevées en perchlorates découvertes dans les eaux souterraines au droit du site, celui-ci ne génère pas d’impact significatif à l’heure actuelle : les concentrations dans l’Arve et dans les puits d’eau potable situés à l’aval du site sont faibles.

Les études réalisées conduisent à penser qu’une part importante des perchlorates présents actuellement dans la nappe du genevois provient très probablement d’une pollution ancienne du site de Chedde. Celle-ci serait liée aux anciennes pratiques d’exploitation, qui ne respectaient pas les standards environnementaux actuels. Les perchlorates auraient été transportés par les eaux de l’Arve jusqu’au genevois.

Présentation du site historique de Chedde

Le site est implanté au lieu-dit Chedde, sur la commune de Passy, en bordure de l’Arve et du viaduc des Egratz. Les activités industrielles y ont commencé en 1896. Le site était initialement dédié à la fabrication de chlorates de sodium et de potassium. Les productions se sont ensuite diversifiées : perchlorates, carbure de calcium, aluminium, graphite, ferro- alliages,  magnésie...  Plusieurs  exploitants  se  sont  succédés  au  cours  de  l'histoire,  en fonction des productions réalisées et des restructurations des groupes industriels.

La seule activité encore en cours aujourd’hui est la fabrication de produits en graphites, sans aucun lien avec la pollution historique identifiée. Les autres activités ont été arrêtées progressivement à la fin du XXème siècle et les bâtiments correspondants ont été détruits. En particulier, la production de perchlorates a été mise à l’arrêt en 1990. Ce secteur est aujourd’hui occupé par une entreprise de travaux publics. Le site comporte également une ancienne décharge, qui accueillait les déchets produits par l’usine.

Qui sont les industriels interlocuteurs de l’administration ?

Les activités exercées sur le site de Chedde relevaient de la législation sur les installations classées pour la protection de l’environnement. Cela permet aujourd’hui à l’autorité préfectorale d’engager la responsabilité des derniers exploitants, dès lors qu’une pollution significative a été mise en évidence, même près de 30 ans après la cessation d’activité. En l’occurrence, l'administration a pu identifier deux industriels.

Les mesures prévues aujourd’hui

Deux arrêtés préfectoraux ont été pris le 1er  décembre 2017 à l’encontre de ces deux sociétés,  leur  prescrivant  de  réaliser les  investigations et études nécessaires, et notamment :

  • un suivi trimestriel des eaux souterraines et superficielles, de l’amont du site jusqu’à Sallanches ;
  • des compléments concernant l’historique du site, afin de cibler les investigations à mener (démarche d’ores et déjà engagée) ;
  • des sondages dans les sols de l’ancienne usine et dans la décharge, afin de localiser les sources de perchlorates ;
  • une  étude  géologique  et  hydrogéologique,  afin  de  comprendre  les  conditions d’écoulement des eaux dans le secteur et de préciser l’étendue de la pollution.
  • le cas échéant, des mesures destinées à maîtriser l’impact environnemental de cette pollution historique.

20171204-cp-perchlorate-nappe-genevois.pdf, par cdeker

arrete_prefectoral_arkema_france.pdf, par cdeker

arrete_prefectoral_societe_pechiney.pdf, par cdeker

 

En 1 clic