Le chef-lieu et le coteau

Les éléments remarquables

L’église Saint-Pierre et Saint-Paul de Passy

patrimoine-2017-eglise-chef-lieu.jpg

Signalée en 1012, remaniée au XIIe siècle, l’église est consacrée en 1486 puis en 1701, après la Contre-réforme. C’est à cette époque que les inscriptions romaines sont scellées sous le porche en berceau du clocher roman. Il faut s’attarder sur les éléments principaux du décor baroque et néoclassique sarde, la chaire de prédication et l’atlante qui la porte, le rare buffet baptismal et le bénitier, le maître-autel et son retable à colonnes torsadées en bois doré polychrome, les autels latéraux et les stalles. Depuis la présence romaine, en passant par les siècles où Passy fut successivement l’objet de toutes les convoitises, jusqu’aux restaurations du XXe siècle, l’église de Passy nous convie à un extraordinaire voyage dans le temps.

patrimoine-2017-mairie-passy.jpg

patrimoine-2017-mairie-passy.jpg, par cdeker

La mairie (1862-63)

Construite au Second Empire, l’édifice est un exemple typique du style néo-classique sarde. Il se caractérise par une certaine rigueur architecturale, deux étages, trois portes cintrées cernées de pierres bien appareillées et un fronton avec un oculus.

 

 

patrimoine-2017-chapelle-bay.jpg

patrimoine-2017-chapelle-bay.jpg, par cdeker

Les chapelles de hameaux

 

Les chapelles de hameaux sont mentionnées en 1649, après la visite de Mgr Charles-Auguste de Sales. Si les sites de Saint-Antoine et de Chedde ont disparu, il reste ceux de la Motte, Joux, Maffrey et Bay. Cette dernière chapelle, régulièrement restaurée et mise en valeur, possède un beau retable en bois doré polychrome avec une toile qui représente le Couronnement de la Vierge ainsi qu’un charmant décor mural avec son angelot et ses guirlandes végétales.

À Joux, une intéressante Crucifixion et une belle Vierge à l’Enfant Jésus.

Il faut encore citer les nombreux oratoires dispersés sur les voies communales, témoins d’une profonde foi populaire.

Les écoles

Les petites écoles des hameaux de Chedde, Joux, la Motte et Maffrey ont fonctionné grâce au legs de la fondation Pierre Bosson (1737-1822). Leurs clochetons inattendus s’expliquent, pour les trois dernières, par une installation dans les anciennes chapelles. Le groupe scolaire de Chedde, bâti en 1910, marquera sa différence avec un beffroi équipé d’une horloge… mais couronné d’un clocher. Les écoles de Bay, des Plagnes et des Ruttets seront fondées par des « propriétaires intéressés ». Plusieurs écoles du XXe siècle ont été bâties par les architectes Maurice Novarina et Henry-Jacques Le Même.

 

 

En 1 clic